Un coaching pour quoi faire?

Souvent interrogée au sujet de la définition du coaching, je suis amenée à préciser cette terminologie, souvent mal comprise à la fois par mes collègues et confondue à tort avec un accompagnement psychothérapeutique. Mes compétences médicales me permettent bien sûr de faire un diagnostic préalable à tout processus d’accompagnement afin de vérifier l’adéquation de cette réponse à la requête de la personne qui souhaite en bénéficier ou de lui proposer une autre orientation si nécessaire.

Cet article vise à décrire le processus du coaching, son objet, ses modalités principales, son public et son engagement conditionnel.

Un coaching, ou accompagnement individuel c’est quoi?

L’origine de cette pratique remonte à la Grèce antique et l’enseignement de Socrate. Ce philosophe nomme alors maïeutique (inspiré par sa maman sage-femme), ou « art d’accoucher les esprits », le processus qu’il utilise pour permettre à ses élèves de découvrir des vérités qu’ils possèdent en eux-mêmes et qu’ils doivent découvrir. Cet échange particulier basé sur le questionnement, l’écoute et la reformulation, catalyse une réflexion introspective et constructive qui donne sens à l’engagement de la personne dans son chemin de vie. Le renouvellement de la motivation permet de soutenir les comportements et les actions nécessaires à tout processus de changement.

Le monde professionnel en constante redéfinition, mais aussi l’évolution de notre société et de notre environnement nécessite une adaptabilité constante et sans cesse renouvelée. Cette condition, à la fois capacité et conséquence, constitue un facteur supplémentaire de pression. Le développement technologique, loin d’avoir pu limiter le facteur humain dans le travail, a d’une part complexifié les procédures en rendant les tâches plus cognitives, et d’autre part, augmenté la pression des influences interindividuelles.

Or, quelque soit sa place et son niveau d’exécution, la personne humaine reste au centre des processus de conception et de décision.

Les chefs d’entreprises, les cadres et les professions libérales en particulier se sentent souvent seuls face à leur responsabilité et leurs décisions.

Le concept de coaching ou accompagnement individuel est issu de ce constat. Parfois à l’initiative de l’entreprise, parfois sur une volonté individuelle, indépendamment d’un accompagnement psychothérapeutique.

Comment trouver sa juste place, dans ce chaos sociétal et interrelationnel qui nous éloigne de plus en plus de notre réalité intérieure.

Comment donner du sens à notre vie sans se soumettre au bavardage mental de nos pensées automatiques, de nos croyances et à nos comportements stéréotypés ?

Comment repérer nos peurs existentielles entravant nos intuitions, limitant nos projets de vie et créant tant de déséquilibres et de séparation en nous et autour de nous ?

Diverses formations sont ainsi apparues, centrées au départ sur les procédures et les comportements (formations à des gestes techniques, acquisition de savoir-faire). Puis, l’accompagnement est devenu plus cognitif (centré sur les processus mentaux) du fait de la complexification des systèmes (travail sur les représentations symboliques, aide à la décision, planification). Ces deux premières approches concernent davantage l’ apprentissage de compétences et la formation, donc nourrissent un savoir faire.

Enfin, une troisième vague des méthodes d’accompagnement s’est développée avec une prise en compte holistique de la personne (cognition et affect).

Selon Antonio Damasio (1995), l’émotion serait à la base de la faculté de raisonnement et même de la conscience. Elle joue donc un rôle fondamental dans l’élaboration des processus mentaux, notamment de décision et d’affirmation de soi.

A partir de ces considérations, de nouvelles formes d’accompagnement sont en train de se mettre en place en prenant l’individu dans sa globalité c’est-à-dire dans ses dimensions comportementale, cognitive et affective.

Le terme coaching évoluant et se généralisant, je l’ai traduit par “accompagnement individuel centré sur la personne”, insistant ainsi sur l’alliance entre le savoir faire et le savoir être.

Des outils issus de différentes approches psycho-pédagogiques sont utilisées selon les différentes phases de l’accompagnement, les buts et les situations présentées.

Les outils que j’utilise dans mon activité sont issus :

  • Des thérapies comportementales et cognitives (analyse fonctionnelle, restructuration cognitive, résolution de problème, désensibilisation systématique)
  • De la thérapie des schémas de Young (identification des schémas inadaptés, imagerie émotionnelle, questionnement socratique)
  • De lalogique de l’inconscient de Joël Trebern” (recherche dans la biographie des influences de vie qui limitent le plein potentiel de la personne).
  • De la communication non violente de Marshall Rosenberg.
  • Des techniques corporelles et énergétiques (relaxation, yoga, certains principes des arts martiaux, techniques psycho énergétiques).

Deux métaphores illustrent assez bien ce travail.

La première est la suivante:

« Il n’y a point de vent favorable pour celui qui ne sait où il va ».

Sénèque

Chacun de nous est le capitaine du bateau de sa vie. Si vous ne savez pas dans quelle direction vous allez, votre navire risque d’errer en mer en fonction des courants et des vents favorables ou défavorables. Sans cap et sans réglage de votre amure, vous risquez bien de vous retrouver dans des conditions éprouvantes sans voir de port avant longtemps. Pour éviter cela, il s’agit de définir une direction, un objectif qui définira une trajectoire et les moyens pour la soutenir. Il s’agit bien là de sens et de posture, de choix et de détermination.

Le coaching permet de définir un ou des objectifs, d’en préciser le sens et de soutenir “le capitaine” pour l’atteindre.

La seconde métaphore est illustrée par l’observation de Bouddha, assis sous l’arbre sacré, à la recherche de l’illumination intérieure.

« Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était et aie confiance en ce qui sera ».

Bouddha

Bouddha donc, observe deux musiciens avec leurs cithares, assis près de lui et ajustant leurs instruments. L’un deux, le plus expérimenté à l’évidence, donne à l’autre ce sage conseil : « Ne tends pas trop les cordes : elles risqueraient de casser. Mais ne les laisse pas trop lâches non plus : elles ne vibreraient plus suffisamment. Observe le juste milieu.”

En dehors de toute interprétation spirituelle de cet épisode, nous pourrions dire que nous sommes les musiciens de notre vie. Quand les cordes de  l’instrument que nous avons choisi pour nous exprimer sont trop tendues, elles risquent bien la rupture. Pas assez tendues et aucun son mélodieux n’en sortira. Il s’agit alors d’apprendre à accorder et régler sa cythare ou … de changer d’instrument si notre talent nous appelle à jouer d’un autre.

L’accompagnement individuel permet d’apprendre à bien choisir son instrument et à en optimiser les réglages.

A qui s’adresse le coaching ou accompagnement individuel ?

L’accompagnement individuel concerne toute personne insérée dans une entreprise ou exerçant une activité libérale, en charge de responsabilités spécifiques à sa fonction. Mais il concerne aussi les personnes ayant besoin de retrouver confiance en elles et de renforcer leur motivation pour envisager une évolution professionnelle ou personnelle.

Le déclencheur de la décision d’accompagnement peut être une crise professionnelle et/ou personnelle, une souffrance physique ou un handicap, une perte de sens ou un conflit de valeur au travail ou dans le milieu familial, un projet nécessitant une mobilisation pleine, consciente et assumée.

Le processus d’accompagnement individuel centré sur la personne s’adresse donc à toute personne qui a besoin de développer la totalité de ses potentiels pour atteindre ses objectifs et assumer pleinement et sereinement ses responsabilités professionnelles et/ou personnelles.

Les personnes traversant un état d’épuisement professionnel ou burn-out sont bien sûr concernées par cette proposition d’accompagnement ciblée sur les professionnels de l’aide et du soi dans mon propos.

Elle peut leur permettre d’une part, de comprendre les mécanismes qui sont à l’origine de leur vulnérabilité face aux stresseurs professionnels. D’autre part,  elle invite à définir la justesse de leurs aspirations profondes dans le choix de leur activité, à comprendre leurs conditionnements limitant et à adapter leurs besoins tout en les affirmant.

Au cours de ce travail, elles vont pouvoir transformer cet état inconfortable et subi en une opportunité de changement et d’évolution personnelle. Découvrir sa nature singulière, identifier la direction du port vers lequel se rendre, repérer tout ce qui peut réveiller son enthousiasme, va lui permettre de se réaliser, humainement, professionnellement et socialement.

Vivre ces expériences en conscience permet d’apprendre à être avant d’apprendre à faire. Echapper à nos conditionnements, à nos réactions émotionnelles et à nos comportements stéréotypés  permet  de trouver sa liberté de choisir et d’agir et donner sens aux mouvements de la vie qui nous traverse.

Quand débuter un coaching ou accompagnement individuel ?

  • Pour avancer de manière plus efficiente sur un projet ou un objectif.
  • Le jour où la tension entre ce que nous ressentons vivant et bouillonnant en nous et ce qui est réellement vécu, est trop grande.
  • Le jour où nous perdons de vue le sens de notre engagement dans notre vie sociale, professionnelle et relationnelle.
  • Le jour où le manque de temps, les pressions sociales, professionnelles ou familiales nous entraînent vers le « faire » sans nous laisser suffisamment d’espace silencieux pour nous laisser révéler à nous-même et agir selon nos besoins fondamentaux.

Toutes ces crises nous invitent à prendre ce temps pour opérer les transformations et ajustements nécessaires, nourrissant ainsi le sens de notre vie.

En effet, l’origine grecque du mot « crise » nous pousse à considérer qu’une crise advient pour permettre une décision, un changement. « Krisis » vient en effet du verbe grec krinein qui veut dire « juger », avec l’idée de faire le tri. Une période de crise peut donc être interprétée comme un moment décisif où un tri est fait, qui a pour conséquence d’opérer un changement profond.

Cette interprétation est appuyée par la traduction des idéogrammes chinois. En effet, en mandarin, le mot « crise » s’écrit avec deux idéogrammes : le premier, nommé « wei », est relatif à la notion de danger, et le second, nommé « ji, » signifie « opportunité, moment décisif, où tout peut basculer ». Ainsi on retrouve, dans le mot chinois pour dire « crise », la double idée d’un moment difficile et périlleux mais offrant  aussi l’opportunité d’une transformation.

Quelle est l’implication nécessaire de la personne accompagnée ?

Pour que l’accompagnement soit le plus profitable, la personne accompagnée devrait manifester une réelle motivation basée sur plusieurs exigences. Pour autant, le coaching permet toujours de renforcer le niveau de motivation de la personne accompagné.

  • La première est d’avoir envie de clarifier des objectifs qui doivent représenter un caractère essentiel pour elle.
  • La deuxième repose sur la conscience de se sentir limité ou incertain dans la réalisation de ces objectifs.
  • La troisième caractéristique concerne la capacité à se remettre en question et à appliquer ce qui va être découvert au cours de l’accompagnement. Le travail sur la motivation qui est mis en place dès les premières séances est à rapprocher de l’entretien motivationnel tel qu’il a été décrit par Miller et Rollnick (1991).

Combien de temps dure un coaching ou accompagnement individuel ?


Le processus d’accompagnement individuel repose sur une série d’entretiens, selon un rythme défini par le coaché (ou le client). Le premier entretien, en général gratuit, permet de “faire connaissance”, d’écouter les objectifs que le coaché souhaite atteindre avec son coach et de définir la justesse de ce type d’accompagnement par rapport à la demande.

La durée approximative du processus de coaching et ses modalités sont alors définies.

Chaque entretien se déroule en général sur une durée de 3 heures, à un rythme bi-mensuel le premier mois puis mensuel, permettant d’identifier et de préciser les objectifs à développer puis de mettre en place un plan d’action concret pour les réaliser.

Ces entretiens peuvent se compléter selon la demande et le besoin par des entretiens téléphoniques de soutien. Cependant, ils ne sont ni systématiques ni automatiques. Cet accompagnement n’est pas une thérapie mais n’est pas incompatible avec elle si l’état cognitif de la personne le permet. Le coach et le coaché s’engagent dans un contrat oral de réussite mutuelle : le coaché définit l’objectif qu’il veut atteindre, le coach effectue une évaluation en cours pour vérifier l’évolution de cet objectif. L’accompagnement se clôture par un bilan de synthèse.

La confidentialité des entretiens concernant aussi bien leur contenu, la démarche administrative et les lieux de l’entrevue est de règle et fait partie du secret professionnel.

Retenir:

  • La décision d’être accompagné doit être motivée par un désir de changement, d’évolution personnelle et/ou professionnelle.
  • Le coaching ou accompagnement individuel n’est pas une thérapie.
  • Le coaching ou accompagnement individuel est contractualisé autour d’objectifs définis et évaluables en cours et en fin d’accompagnement.
  • Le coaching ou accompagnement individuel nécessite un engagement et un travail personnel régulier et soutenu.
  • Tout coaching ou accompagnement individuel est soumis à un contrat de collaboration et à une facturation. Son financement peut parfois faire l’objet d’une prise en charge par l’employeur sur devis préalable et éligible à une déduction fiscale pour les professionnels libéraux.

Si cet article vous a interpellé, n’hésitez pas à laisser un message ou un commentaire.

Vous trouverez très prochainement dans ma page « ce que je propose », des informations pratiques sur le travail que j’anime dans le cadre de l’accompagnement du burn-out en présentiel, web-coaching et formations.

Je me suis engagée concrètement dans la direction que j’ai choisie avec beaucoup de joie et d’enthousiasme. J’ai trouvé mon port et dans ma juste place, je pétille et je sens la vie s’exprimer par la créativité que je vais mettre à son service.

En ce début d’année, je vous souhaite de prendre soin de la flamme unique qui brille en vous, de considérer le chemin du vivant comme un chemin d’aventures et d’expériences nous invitant sans cesse à nous rencontrer avec lucidité et bienveillance pour mieux contribuer au monde que nous allons co-créer ensemble.

Belle année d’engagement !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page